Revendications

Publié le 17 mai 2017 | par Olivier Borel

0

Face aux réactionnaires, la PMA pour toutes maintenant !

Aujourd’hui en France, la PMA est accessible uniquement aux femmes en couple avec un homme. En Europe, la PMA est ouverte à toutes depuis 1988 en Espagne, 1994 aux Pays-Bas ou encore 2007 en Belgique. En France, les couples de lesbiennes et les femmes célibataires sont contraintes de se rendre dans ces pays ou s’en remettent à des techniques artisanales et dangereuses pour fonder une famille. Cette situation crée des risques sanitaires graves et renforce les inégalités sociales.

Il existe un véritable consensus social pour l’accès à la PMA pour toutes les femmes :

> pour le Défenseur Des Droits, le fait de réserver la PMA aux couples hétérosexuels constitue une discrimination (liée à l’orientation sexuelle et/ou à la situation de famille). Il s’est prononcé en faveur d’une évolution des textes qui, dans leur rédaction actuelle, méconnaissent le principe d’égalité ;

> pour le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, il faut mettre fin à cette double discrimination car l’ensemble des questions soulevées par l’ouverture de la PMA à toutes les femmes a déjà été tranché : la légitimité de l’homoparentalité et de la monoparentalité ont été reconnues respectivement par l’ouverture de l’adoption aux personnes célibataires en 1966, et par l’ouverture du mariage aux couples de même sexe en 2013 ;

> pour l’opinion publique : 59 % des français sont pour l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux couples de femmes et 56 % des français souhaitent que le prochain Président de la République fasse cette réforme.

Par ailleurs, le 19 janvier dernier, la Cour Européenne des Droits de l’Homme a mis l’État français en demeure de répondre avant le mois de mai 2017 « sur sa distinction fondée sur l’orientation sexuelle » pour l’accès à la PMA.

Pourtant, par manque de courage politique évident, cette question a été lâchement renvoyée comme une patate chaude aux experts du Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE), dont on attend un avis depuis 2013. Avec le même manque de courage, Emmanuel MACRON a lui-même indiqué qu’il attendrait l’avis de ce comité. Avis qui, pourtant, n’est que consultatif et qui donc n’a pas de force de loi.

Il est de l’honneur des politiques d’accompagner cette évolution sociétale. La politique de l’autruche ne pourra pas durer éternellement. La Lesbian and Gay Pride de Lyon continue de se mobiliser pour l’ouverture de la PMA à toutes les femmes.


A propos de



Back to Top ↑
  • Suivez-nous !

    Facebook14k
    Twitter1k
    Instagram210

    Newsletter

  • Nos partenaires