Mots d'ordres

Publié le 17 mai 2017 | par Olivier Borel

0

Ici et ailleurs, nos droits ne sont pas négociables !

Soulagé.e.s ! Marine LE PEN, ennemie déclarée de toutes les miniorité.e.s et de l’émancipation des femmes, n’aura pas la présidence de la République.

Soulagé.e.s certes, mais également inquiét.e.s : plus de 10 millions de voix se sont portées vers ce parti fasciste qui pourrait faire, en juin prochain, une entrée fracassante à l’Assemblée Nationale. Aussi, nous devons rester mobilisé.e.s contre cette extrême-droite française historiquement anti-féministe, raciste, LGBTIphobe et sérophobe.

La victoire d’Emmanuel MACRON, quant à elle, est due à la mobilisation de millions de citoyen.ne.s qui, sans adhérer à son projet, ont fait le choix de se saisir du bulletin de vote à son nom pour faire barrage à l’extrême droite.

Comme beaucoup de citoyen.ne.s, la Lesbian and Gay Pride de Lyon a été choquée par les prises de position d’Emmanuel MACRON lorsqu’il déclarait qu’on avait « humilié la France de la Manif pour tous ». Son soutien très partiel aux droits des LGBTI et le flou qu’il entretient sur nos revendications ne laissent pas présager de grandes évolutions sociétales.

Emmanuel MACRON ne doit pas s’installer dans un certain conservatisme et attentisme. Aussi, et bien avant les législatives, son gouvernement est en mesure de nous fournir, par voie de décrets, d’arrêtés ou de circulaires, quelques gages de bonne volonté :
> lever, dès maintenant, l’interdiction des soins funéraires pour les séropos (le décret est prêt) ;
> accueillir sans condition les réfugié.e.s persécuté.e.s dans leur pays afin de les protéger ;
> exécuter les arrêts de la CEDH au lieu de payer des amendes ;
> mettre en conformité les pratiques de la France avec le droit européen en mettant un terme aux mutilations génitales des enfants intersexes.

Comme nos droits ne sont pas négociables, le gouvernement doit aussi se mettre très vite « en marche » pour mettre enfin un terme aux discriminations d’État : la PMA doit être ouverte à toutes les femmes (sans attendre l’avis du CCNE) et le changement d’état civil pour les trans doit être sans condition, libre et gratuit devant un officier d’état-civil.

Enfin, nous devons rester solidaires avec les LGBTI qui sont persécuté.e.s et menacé.e.s dans leur pays.

Il est important de rappeler que 74 États du monde criminalisent encore les relations homosexuelles. Dans 12 pays, les homosexuels risquent la peine de mort. Parmi les pays où l’homosexualité est légale, 15 maintiennent encore un âge différent pour la « majorité sexuelle », suivant qu’il s’agisse de relations hétérosexuelles ou homosexuelles.

La France, avec l’Union Européenne, doivent fermement condamner les atteintes aux droits humains des personnes LGBTI et œuvrer pour une dépénalisation universelle de l’homosexualité.

Le nouveau Ministre des Affaires Étrangères devra, quant à lui, tenir compte des droits humains fondamentaux dans ses relations bilatérales, y compris commerciales et politiques.


A propos de



Back to Top ↑
  • Suivez-nous !

    Facebook14k
    Twitter1k
    Instagram209

    Newsletter

  • Nos partenaires