Revendications

Publié le 17 mai 2017 | par Olivier Borel

0

LGBTI, réfugié.e.s, solidarité internationale !

Nous demandons au nouveau Président de la République, Emmanuel MACRON, de suivre l’exemple du gouvernement canadien de Justin TRUDEAU, et de prendre, très rapidement, des mesures d’urgence afin de permettre l’accueil de réfugié.e.s tchétchènes sur notre territoire.

Depuis début avril, en Tchétchénie, plus d’une centaine de personnes homosexuelles ont été victimes d’arrestations, de détentions arbitraires, de tortures et, pour certaines, d’assassinats.

Selon les informations dont nous disposons, le système de répression s’organiserait autour de « camps de détention secrète » créés à cet effet, dont le principal se situerait dans une ancienne caserne d’Argoun – ville de la banlieue de Grozny, la capitale tchétchène.

Les victimes y seraient détenues dans d’atroces conditions, de 30 à 40 par cellule, subissant de régulières séances de torture, parfois jusqu’à la mort (l’identité de 4 victimes serait connue), pour obtenir les noms d’autres personnes homosexuelles. La police tchétchène utiliserait également les réseaux sociaux pour « débusquer » de nouvelles victimes.

Les familles des personnes séquestrées auraient été contraintes de payer plusieurs milliers de roubles afin que celles-ci puissent être nourries ou parfois libérées.
En réponse à ces accusations, Alvi KARIMOV, porte-parole du président Ramsan KADIROV a prétendu qu’une telle répression de masse n’existait pas dans la mesure où il n’y avait pas d’homosexuel.le.s sur le territoire et où, s’il devait y en avoir, «  les agences d’état n’auraient pas à se préoccuper d’eux/elles car leurs familles elles-mêmes les enverraient quelque part d’où ils/elles ne pourraient jamais revenir ».

Nous appelons les autorités tchétchènes et russes à cesser ces exactions et ces meurtres, à poursuivre en justice les auteurs de ces crimes et à venir en aide aux personnes LGBTI qui sont ou ont été victimes de ces agissements atroces.

Nous demandons à la France et à l’Union Européenne d’ouvrir nos portes aux réfugié.e.s tchéchènes.

Pour l’heure, seuls le Canada, la Suède, la Finlande et l’Allemagne ont mis en place la délivrance de visas d’urgence pour accueillir des réfugié.e.s tchétchènes. L’action française se fait encore attendre.

Notre nouveau gouvernement doit mettre en œuvre cette mesure humaniste de toute urgence. Il n’a pas besoin d’attendre les prochaines élections législatives de juin 2017 pour agir.


A propos de



Back to Top ↑
  • Suivez-nous !

    Facebook14k
    Twitter1k
    Instagram209

    Newsletter

  • Nos partenaires