International

Publié le 17 mai 2019 | par Rédaction

0

Paroles de migrants LGBTI par 2MSG

Oumar, Amadou et Mamadou sont des LGBTI qui ont fui leur pays en raison de leur orientation sexuelle. Ils sont membres des collectifs Migrations, Minorités Sexuelles et de Genre (2MSG), et Amphi Z, squat de personnes migrantes à Cusset.

Oumar :

« Je suis arrivé à Lyon le 15 juin 2017. J’étais à la gare, je ne savais pas où aller. J’ai rencontré deux guinéens, comme moi. Ils dormaient dehors, sur l’esplanade de la gare. J’ai dormi là jusqu’à ce que la police nous expulse, en novembre de la même année. J’ai suivi un groupe de 10 personnes. Aidés par des étudiant.es, nous avons occupé l’amphi C à l’université de Bron. Nous avons encore une fois été expulsés. Nous avons alors occupé une ancienne école de pompiers, à Villeurbanne, l’Amphi Z, c’était en plein hiver. Il n’y avait pas d’eau, pas d’électricité, pas de chauffage, mais au moins, nous n’étions pas à la rue. On s’est organisés. On a remis le système électrique en marche, pareil pour l’eau. Au départ, nous étions une soixantaine. Aujourd’hui, l’Amphi Z, c’est plus de 200 personnes : des familles, des enfants, des homos, comme moi, comme Amadou, comme Mamadou, que j’ai rencontré dans ce squat. Nous avons tous les trois fui les persécutions dans notre pays pour demander l’asile en France. »

Amadou :

« J’ai été expulsé de Suède à cause du règlement Dublin. Je suis arrivé à Saint Exupéry le 29 mai 2018. J’ai été accueilli dans l’avion par les officiers de la Police Aux Frontières. J’ai été le premier à descendre de l’avion. Ils m’ont remis un document qui me permettait de rester en France pendant sept jours pour demander l’asile. Je leur ai demandé où je pouvais aller, car je n’avais pas d’argent. Ils m’ont dit de me débrouiller. Ils m’ont donné l’adresse de Forum Réfugiés. Je me suis débrouillé pour y aller. Là, ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas m’héberger. J’étais à la rue, sans argent. Je ne connaissais pas la ville. J’ai erré quelques temps. J’ai rencontré deux jeunes, et je leur ai parlé de mon problème. Ils m’ont dit qu’ils vivaient dans un squat, l’Amphi Z. Ils m’ont amené là-bas, mais m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas m’aider pour y rester, car il y avait trop de monde. Je me suis entêté, et j’ai pu rester. Pour moi, le problème du logement des personnes en demande d’asile vient d’un manque de volonté politique. Tout le monde pourrait être hébergé. »

Mamadou :

 

« Je suis arrivé à la gare de la Part-Dieu le 15 juin 2018. C’était le soir. Je ne connaissais personne. J’ai rencontré un africain qui m’a aidé. Il a appelé le 115. Ces derniers ont envoyé une équipe de la Croix-Rouge. On m’a donné de la nourriture, une couverture. J’ai passé ma première nuit dehors, dans le parc à côté de la gare. J’ai passé encore deux nuits à dormir dans la rue. J’ai fait la rencontre d’un autre guinéen, qui m’a parlé d’une solution. Il m’a dit qu’il allait voir ce qu’il pouvait faire. Il m’a amené à l’Amphi Z. Là, ils m’ont dit qu’il n’y avait plus de place, qu’il y avait déjà trop d’habitant.es. J’ai pu y dormir une nuit, puis je suis reparti. J’ai appelé le 115, qui ont pu m’héberger pour cette nuit-là. Mais ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient rien pour moi après. Je suis finalement retourné à l’Amphi Z, où j’ai pu rester. L’hiver a été très rude. Au début, on avait de l’électricité. Mais à la fin, les plombs sautaient tout le temps. On n’a jamais eu de chauffage, ni d’eau chaude. La nuit, il faisait tellement froid que je n’arrivais pas à dormir. Mais c’est toujours mieux que de dormir dans la rue. »

 

L’Amphi Z est expulsable dès le 1er septembre 2019. Aucune solution d’hébergement n’a été proposée jusqu’à présent pour ses occupant.es.

Pour en savoir plus sur la question des demandeurs d’asile LGBT, 2MSG organise une projection de son documentaire « Prouve que tu es gay », réalisé par Rémi Lange, en partenariat avec Écrans Mixtes. Ce film présente les témoignages de quatre personnes migrantes LGBTI sur leur situation en Afrique et en France. Il sera projeté en présence du réalisateur et du collectif. Les recettes seront reversées aux membres du collectif.
Cinéma Opéra / Lundi 17 juin – 20 h 00 / 7€ tarif réduit 5,5€
6 Rue Joseph Serlin, Lyon 1er – Hôtel de ville


A propos de



Back to Top ↑
  • Nous soutenir

    Propulsé par HelloAsso
  • Suivez-nous !

    Facebook15k
    Twitter2k
    Instagram258

    Newsletter