Mots d'ordres

    Publié le 10 mai 2018 | par Olivier Borel

    0

    PMA sans conditions, l’Égalité n’attend plus !

    L’ouverture de la PMA à toutes les femmes était une promesse du candidat Émmanuel MACRON sous condition d’un avis favorable du Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE). Le CCNE a rendu, le 16 juin dernier, un avis favorable après 4 ans de gestation.

    Il rejoignait enfin les préconisations du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, du Défenseur des Droits ou encore de l’Académie de Médecine.

    Nous aurions pu croire (naïvement) qu’un projet ou une proposition de loi serait déposé rapidement pour couper court à la résurgence de propos sexistes et LGBTIphobes par celles et ceux qui n’ont toujours pas digéré le droit à l’avortement, le droit à la contraception, le droit de divorcer ou encore l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe.

    Faisant fi de nos expériences de 2013 et des recommandations des associations LGBTI et féministes, le gouvernement a décidé d’intégrer cette question aux États Généraux de la Bioéthique.

    Cette décision était surprenante :
    • L’autonomie et le libre arbitre des femmes n’est pas un objet « d’éthique » et ne devrait plus faire débat ;
    • La partie éthique sur la PMA, c’est-à-dire la technique médicale en elle-même, est tranchée depuis les lois de 1994 et 2004 ;
    • Les femmes célibataires et homosexuelles ne sont pas des sujets de débats mais de droits et ne devraient plus souffrir de discriminations en raison de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre ou encore de leur situation familiale ;
    • La vie des LGBTI et des femmes n’ont pas à être scrutées, stigmatisées et soumises à la validation des moralisateurs ;
    • La majorité des français.e.s est favorable à l’ouverture de la PMA pour toutes les femmes (sondages BVA Mars 2018 et La Croix en janvier 2018) ;
    • Chercher le consensus, avec une minorité (bruyante) conservatrice qui ne veut absolument pas être convaincue, était stérile

    Au-delà du fait que les associations LGBTI et féministes (premières concernées par le sujet) n’ont pas été conviées, ces États Généraux de la Bioéthique sont un échec :
    – Ils ont permis l’étalage public de propos caricaturaux et offensants à l’encontre des femmes et LGBTI ;
    – Ils n’ont pas permis de faire reculer les préjugés et discriminations dont nos familles sont encore trop souvent victimes ;

    Le mot d’ordre de la 23e marche des fiertés LGBTI vient rappeler aux gouvernement et parlementaires que l’ouverture de la PMA à toutes les femmes ne relève que du courage politique.

    Le Président Émmanuel MACRON ne doit pas continuer à reproduire les erreurs de son prédécesseur et doit appliquer, très rapidement, ses engagements électoraux (ordonnance ? procédure accélérée ?)

    Cette réforme doit être à la hauteur des ambitions et des attentes et nous ne pourrons pas accepter une mesure au rabais :
    – Ouverture de l’accès à la PMA à toutes les femmes sans conditions
    – Remboursement des frais médicaux pour toutes les femmes ;
    – Réforme concomitante du droit de la filiation pour protéger tous les enfants.


    A propos de



    Back to Top ↑
    • Nous soutenir

    • Suivez-nous !

      Facebook15k
      Twitter2k
      Instagram258

      Newsletter