Revendications

Publié le 17 mai 2019 | par Rédaction

0

Pour les personnes intersexes, le droit à disposer de leur corps n’est toujours pas reconnu.

La situation est gravissime car la France continue de pratiquer des mutilations génitales sur les personnes intersexes, sans attendre qu’elles soient en âge de donner leur consentement et de définir, par elles-mêmes, leur genre.

Ces opérations sont imposées par le personnel médical. Elles ont des conséquences dramatiques (sur le plan physique, sexuel, reproductif et psychologique) avec des soins et des traitements lourds tout au long de la vie.

Dans leurs immenses majorités, ces opérations ne sont pas vitales et ne reposent sur aucune raison médicale. Elles ne visent qu’à réassigner sexuellement puis juridiquement (état civil) les enfants.

Sous la pression des médecins, les parents doivent prendre une décision dans l’urgence. Ils sont peu informés des conséquences et sont mal conseillés par des équipes médicales aveuglées par les normes sexistes et hétérocentrées de notre société.

La France autorise ainsi, sur son territoire, des tortures physiques et psychologiques sur les intersexes, au mépris des normes internationales de protection de l’enfant et du respect de l’intégrité physique.

Le Président de la République et la majorité parlementaire doivent maintenant mettre un terme à ces traitements inhumains et dégradants, comme le préconisent, le Conseil d’Etat, (28 juin 2018), le Défenseur des droits (28 septembre 2018) et récemment l’Assemblée nationale dans le rapport de la mission d’information sur la révision de la loi relative à la bioéthique (15 janvier 2019).

Aussi, la 24e marche des fiertés LGBTI sera l’occasion d’exiger :

• La fin de tous les actes chirurgicaux ainsi que les stérilisations et autres traitements pratiqués sur les enfants intersexes, sans leur consentement libre et éclairé ;

• La suppression de la qualification de l’intersexuation en tant que « trouble du développement sexuel » dans la classification internationale des maladies et sa déclinaison dans les textes réglementaires en France ;

• La création d’un fond d’indemnisation pour les personnes mutilées ;

• La formation des professionnel.le.s de santé ;

• De rendre facultatif pour toutes et tous l’enregistrement du sexe sur les certificats de naissance et autres documents d’identité dont le premier chiffre du numéro de sécurité sociale ;

• De compléter toutes les lois antidiscriminations pour qu’elles s’appliquent effectivement aux personnes intersexes et de veiller à la formation de la police, des procureurs et des juges ;

• De faire respecter le principe du libre choix des parcours médicaux sur la base du consentement libre et éclairé des personnes (lois bioéthiques de 1994) ;

• Le soutien des pouvoirs publics aux associations qui œuvrent au quotidien auprès des intersexes ;

• D’inscrire enfin dans la loi le principe d’autodétermination ;


A propos de



Back to Top ↑
  • Nous soutenir

    Propulsé par HelloAsso
  • Suivez-nous !

    Facebook15k
    Twitter2k
    Instagram258

    Newsletter