Revendications

Publié le 17 mai 2019 | par Rédaction

0

Pour une mobilisation inclusive et incluante : face aux racismes et LGBTIphobies, unissons-nous !

La 24e marche des fiertés LGBTI est l’occasion de dénoncer le climat délétère, haineux, raciste et LGBTIphobe qui sévit en France depuis plusieurs années. Avec un bond de 66 %, les agressions physiques envers les personnes LGBTI ont atteint un niveau jamais égalé en 2018 et les manifestations racistes se développent en parallèle :

Septembre 2018 à janvier 2019 : plusieurs étudiant.e.s racisé.e.s de deuxième année de sociologie de l’université de Metz (Lorraine) sont victimes de harcèlement et de racisme de la part de certain.ne.s de leur.e.s camarades (moqueries, insultes, photos de singe, etc.),

Dans la nuit du 31 décembre 2018 au 1er janvier 2019 : violente agression, aux cris de « sales arabes », près de la Cour d’Appel de Lyon, dans le Vieux Lyon.

Février 2019  : profanation de près de 80 tombes du cimetière juif de Quatzenheim, au nord-ouest de Strasbourg.

Mars 2019 :

• saccage du chantier d’une future mosquée à Bergerac avec la découverte de sang sur les murs et d’une tête de cochon déposée sur l’entrée
• une responsable d’ETAM refuse le CV d’une jeune femme parce qu’elle est voilée.
• attaques violentes contre les Roms dans la région parisienne suite à une rumeur sur les réseaux sociaux

Avril 2019 : Des croix gammées et inscriptions racistes ont été retrouvées sur des commerces à Lyon, ville où de nombreux identitaires d’extrême-droite sévissent depuis de longues années.

La répétition de tels actes doit interpeller le Président de la République et son gouvernement sur la nécessité d’un plan d’action urgent et efficace . Au-delà d’une réponse pénale ferme, les pouvoirs publics ont une responsabilité prépondérante  dans la lutte contre les préjugés : ils doivent à la fois prévenir ces actes par des actions répétées de sensibilisation mais aussi se montrer eux-mêmes exemplaires.

Nos combats interagissent, ils doivent être menés de façon transversale.

Les LGBTI peuvent faire face à de multiples discriminations et violences. Comme nos identités sont multiples, peuvent alors s’additionner d’autres discriminations et violences. Le sexisme, le racisme ou encore la précarité sont des violences qui se conjuguent aux LGBTphobies en direction des femmes, des non-blanc.he.s, des étrangèr.e.s et des précaires. Ainsi, beaucoup de personnes LGBTI sont elles-mêmes concernées par le racisme et, à ce titre subissent une double discrimination, voir triple lorsqu’il s’agit de femmes.

Enfin, la lutte contre les discriminations doit remettre la question sociale au cœur de son action, parce qu’elle combat les inégalités subies par les classes populaires. Il s’agit de combattre un système inégalitaire, qui produit sans cesse plus de précarité et d’inégalités entre les citoyen.ne.s et les territoires

La lutte contre les racismes n’a jamais été un combat majeur dans la communauté LGBTI ! Elle n’est malheureusement pas immunisée. Bars, associations, applications de drague : trop de personnes sont encore victimes de violences physiques, verbales et symboliques en raison de leurs appartenances (ou non) à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

Nos identités, nos vies et nos sexualités sont éminemment politiques et à l’opposé de toutes pensées excluantes, discriminantes et racistes qui diminuent la dignité humaine !

Nous devons toutes et tous nous mobiliser pour faire fléchir les pouvoirs publics qui bafouent les droits des trans et des intersexes, refuse l’accès à la PMA pour toutes les femmes et qui met à la marge et stigmatise les précaires, les racisée.e.s, les étrangèr.e.s, les migrant.e.s et les prostitué.e.s.


A propos de



Back to Top ↑
  • Nous soutenir

    Propulsé par HelloAsso
  • Suivez-nous !

    Facebook15k
    Twitter2k
    Instagram258

    Newsletter